• Elle est belle la justice...mais elle n'est pas bonne !

     

                    Que pensez de ceci ; une très petite entreprise, avec deux chauffeurs, l’un d’eux un jour a un accident, il est blessé au pied. Après plusieurs mois d’inactivité, la médecine du travail lui annonce qu’il ne pourra plus exercer la profession de chauffeur.

               Sont entreprise n’ayant que deux postes, et qui plus est de chauffeur s’en sépare, il contacte les prud’hommes et obtient un dédommagement de plusieurs milliers d’euros pour licenciement abusif, et non reclassement dans l’entreprise.

               Son employeur qui ne peut payer cette somme, et qui de toutes façon considère qu’il n’était pas possible de reclasser cet employé, ne disposant que de deux postes de chauffeur, et que cette profession était interdite à son employé par la médecine du travail, va en appel pensant pouvoir prouver sa bonne foi.

             Sans même avoir voulu écouter ses arguments  la cour d’appel renforce la punition, celle-ci passe à prés de trente milles euros.  Pourvoie en cassation, et confirmation du jugement, l’entreprise se devait de reclasser l’employé. Cependant elle ne dit pas ou dans l’entreprise !

            Que pensez de ses petits juges qui détruisent une entreprise, pour ne pas vouloir interpréter la loi. Une entreprise avec deux employés n’a rien à voir avec une multinationale, ou de nombreux postes différents existent.

            Depuis cette entreprise n’existe plus, cela fait trois chômeurs de plus, les deux chauffeurs et l’artisan.

    « Les minables ne sont pas toujours ceux que l'on désigne ! AVEC LES JOURNALISTES LE GRAND AMOUR VA CONTINUER ! »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Lama1983
    Mardi 18 Décembre 2012 à 00:15
    Je connais un autre cas tout aussi délirant : une fille qui fait du baby sitting pour un couple d'américains. Ceux ci rentrent chez eux plus tôt et voient la fille et son petit copain en train de baiser sur le canapé devant les gamins. Elle s'est fait virer et a porté plainte pour licenciement abusif. Voilà la justice française !
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter